• DIAPORAMA-NOYADE

La noyade

La noyade est un accident qui sort du commun de par ses différents degrés de noyade. La noyade ne se résume pas à l’image qu’on le grand public à savoir les poumons de la victime remplis d’eau. Pourtant, chez certains noyés, on peut ne pas retrouver d’eau dans les poumons.
En savoir plus :
- Les mécanismes de la noyade
- Lexique de la noyage

Définition de la noyade

Sauvetage NoyadeLa pénétration d’eau, même en infime quantité, dans les voies respiratoires, provoque une apnée réflexe : l’épiglotte se ferme pour protéger les voies respiratoires, empêchant de respirer même lorsque la tête se retrouve hors de l’eau. Par conséquent, l’oxygène disponible dans l’organisme diminue : on parle d’hypoxie. Les séquelles persistantes après la noyade de la victime sont fonction de l’importance de l’hypoxie et de sa durée, mais l’éventuelle présence d’eau dans les poumons cause un œdème pulmonaire traumatique. Cet œdème, ainsi que l’eau ayant pénétré, gênent les échanges gazeux au niveau de la paroi alvéolaire et maintiennent le déficit d’oxygène même si la personne respire spontanément.

Les différents types de noyade

L’eau est un milieu hostile et la submersion va entraîner l’inondation des voies aériennes. Cette submersion peut être primitive ou secondaire.

Noyade primitive

Par noyade primaire on entend que l’inondation des voies respiratoires se fait  AVANT  la perte de connaissance et l’arrêt respiratoire. Elle se produit dans les cas où :

  • une personne ne sachant pas nager tombe dans l’eau puis coule par insuffisance technique après s’être débattue dans une lutte intense pour la vie.

  • un nageur expérimenté a dépassé ses possibilités et se noie après épuisement. Cette situation est favorisée par du « clapot ».

Dans ces cas, la victime « boit la tasse ». Une partie de l’eau est avalée, l’autre partie passe dans les poumons et provoque une asphyxie progressive, immédiatement irréversible, dont l’état terminal est une syncope anoxique (manque d’oxygène).La victime devient “bleu” par son manque d’oxygene

Noyade secondaire

Par noyade secondaire on entend que l’inondation des voies respiratoires se fait  APRES  la perte de connaissance et l’arrêt respiratoire. L’inondation est soit active (reprise sous l’eau des mouvements respiratoires), soit passive (par infiltration, la victime coule).

Les différents stades de la noyade

Stade 1 : aquastress

Caractérisé par l”effort important que vient de faire une victime dans la panique, il peut y avoir un peu d’eau dans l’estomac MAIS sans inhalation.
Signes Conduite à tenir
  • victime consciente ;
  • pas de trouble ventilatoire ;
  • pas de trouble circulatoire ;
  • frissons, épuisement, angoisse.
  • réchauffer et rassurer la victime ;
  • bilan complet ;
  • Apport de sucre face à l’effort.
  • Pas d’oxygène car pas d’inhalation ;
  • faire examiner par un médecin.

Stade 2 : hypoxique ou petite noyade

Caractérisé par la présence d’eau dans l’estomac avec légère inhalation.
Signes Conduite à tenir
  • victime consciente ;
  • respiration: rapide, superficielle… ;
  • pas de trouble circulatoire ;
  • Victime épuisée, angoissés et présente un encombrement avec gêne respiratoire et toux.
  • réchauffer et rassurer la victime ;
  • bilan complet ;
  • oxygène par inhalation ;
  • médicaliser.

Stade 3 : grand hypoxique ou grande noyade

Caractérisé par la présence d’une grande quantité d’eau dans l’estomac avec inhalation.
Signes Conduite à tenir
  • conscience: somnolence ou coma avec agitation ;
  • cyanose des lèvres et des extrémités ;
  • détresse ventilatoire ;
  • circulation: pouls frappés et rapide.
  • Réchauffer la victime ;
  • libération rapide des voies aériennes ;
  • P.L.S.
  • bilan complet ;
  • Oxygène en inhalation – Insufflation (ou bouche à bouche) si victime en arrêt respiratoire;

Stade 4 : anoxique

Caractérisé par la présence d’une grande quantité d’eau dans l’estomac avec un nombre élevé d’alvéoles lésées. Le stade 4 c’est aussi un arrêt circulatoire complet avec état de mort apparente. Information : Le nombre d’alvéoles est déjà lésé dés le stade II, dans le IV il est très important entraînant une inefficacité respiratoire.
Signes Conduite à tenir
  • arrêt ventilatoire… ;
  • circulation: pouls très filant perçu au niveau de la fémorale et des carotides. La tension artérielle est imprenable.
  • Pas de pulsation = arrêt cardiaque
  • libération rapide des voies aériennes ;
  • oxygène par insufflation (ou bouche à bouche) ;
  • bilan circulatoire ;
  • massage cardiaque externe et oxygénothèrapie.
  • Utilisation du DSA

La conduite à tenir

Le secouriste doit atteindre la victime le plus rapidement possible. Si il y a suspicion d’un traumatisme (plongeon), la victimes est extraite de l’eau en position horizontale, en respectant l’axe tête-cou-tronc et en stabilisant la tête en position neutre. La ventilation artificielle est débutée le plus précocement possible, sur l’eau, alors que les manœuvres de réanimation cardiaque sont entreprises à terre, sur un plan dur.

Ventilation

L’assistance ventilatoire par du bouche à bouche est la première manœuvre de réanimation à effectuer.

Massage cardiaque

Le pouls peut être difficile à percevoir chez un « quasi-noyé » hypothermie. En l’absence de pouls, le massage cardiaque est débuté sur un plan dur. S’il existe un D.S.A., il doit être mis en place le plus rapidement possible

Mesures complémentaires

Dès que le massage cardiaque n’est plus nécessaire, les patients inconscients sont mis en P.L.S., les vêtements mouillés sont retirés et une couverture de survie est mise en place. Une surveillance constante est primordiale jusqu’à l’arrivée d’un médecin.  

Laisser un commentaire